Travailler au SEFRI

Travailler au SEFRI: Patrice Soom

Ayez un aperçu du travail du SEFRI: Patrice Soom est collaborateur scientifique dans l’unité Organisations internationales de recherche.

10.10.2022
Auteur/e: Simone Keller
Un collaborateur du SEFRI se tient devant l'entrée principale du SEFRI
Photo: COM SEFRI

Quel est votre domaine d’activité?

Mon travail au SEFRI consiste à représenter et à défendre les intérêts de la Confédération au sein de la gouvernance de différents programmes multilatéraux et organisations internationales de recherche ainsi qu’à préparer les processus nationaux de décision et de financement correspondants. Je préside également, à titre supra partes, le Comité administratif et financier de l’Installation européenne de rayonnement synchrotron ESRF, sise à ­Grenoble en France. 

Ces programmes et organisations offrent à la recherche et à l’industrie helvétiques des opportunités de collaboration uniques et leur permettent d’accéder à des installations scientifiques de classe mondiale qu’aucun pays ne peut ni concevoir, ni construire, ni financer seul.

Qu’est-ce qui vous plaît particulièrement dans votre travail?

L’arrière-scène institutionnelle de la collaboration internationale multilatérale en recherche et innovation constitue un bouillon particulièrement savoureux mêlant science, technologie, politique nationale et internationale, diplomatie et négociations. La construction et l’exploitation d’infrastructures de recherche internationales en particulier présuppose que les priorités de recherche de plusieurs États convergent pour établir, au terme de négociations multilatérales longues et complexes, des structures institutionnelles qui persisteront durant plusieurs décennies. Les rencontres et les défis sont aussi variés que nombreux tout au long d’un chemin où la culture institutionnelle insufflée par la Suisse est fort appréciée et lui confère une influence certaine. 

Quels sont les prochains défis qui vous attendent?

La crise internationale déclenchée par l’agression russe en Ukraine couplée à des conditions économiques difficiles constituent autant de défis pour la présidence du Comité administratif et financier de l’ESRF, dont la Fédération de Russie est membre à part entière. D’autre part, il faudra mener à bien durant l’automne les travaux préalables aux négociations visant le renouvellement de la participation suisse à l’Institut Laue-Langevin ILL dès 2024. Enfin, l’absence d’accord associant la Suisse à Horizon Europe, au programme de recherche et de formation d’Euratom et à ITER impose de mettre en oeuvre rapidement des mesures transitoires au profit de la recherche suisse sur la fusion nucléaire, mais aussi de préserver son intégration aux réseaux internationaux. 


Contact
Patrice Soom, SEFRI Conseiller scientifique unité Organisations internationales de recherche patrice.soom@sbfi.admin.ch +41 58 462 89 42