Rapports et évaluations Politique FRI

La recherche et l’innovation suisses en comparaison internationale

La Suisse occupe une bonne position dans le classement international en termes de recherche et d’innovation. C’est ce qui ressort d’une comparaison entre celle-ci et une sélection de pays dans le monde et de régions d’innovation en Europe, présentée dans le rapport intermédiaire 2022 «Recherche et innovation en Suisse». La Suisse doit néanmoins garder à l’esprit certains enjeux.

04.02.2022
Auteur/e: Annette Kull
Situation de travail: deux femmes discutent devant un écran d'ordinateur
Même si la part des femmes dans les postes de grade A (professeurs ou cadres supérieurs) a augmenté en Suisse ces dernières années, le phénomène du «tuyau percé» reste marqué. Photo: Oliver Oettli

Avant d’établir une comparaison avec des pays et des régions à partir d’un certain nombre d’indicateurs, le rapport intermédiaire 2022 «Recherche et innovation en Suisse» fournit une description du système suisse de recherche et d’innovation (R-I) en présentant ses particularités et ses forces. Les entreprises privées jouent par exemple un rôle majeur pour la recherche et l’innovation en Suisse. En effet, près de deux tiers des activités de recherche et développement (R-D) sont financées et réalisées par des grands groupes, mais aussi par des petites et moyennes entreprises. Parmi les forces du système de R-I, il convient de citer notamment le système éducatif différencié caractérisé par des offres de formation universitaire et professionnelle, l’encouragement efficace de la recherche et de l’innovation par les pouvoirs publics et la stabilité des conditions-cadres politiques. 

Comparaison entre la Suisse et une sélection de pays dans le monde

En comparaison internationale (Allemagne, Autriche, Chine, Corée du Sud, États-Unis, France, Israël, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni, Singapour, Suède), la Suisse figure en tête de classement sur plusieurs indicateurs. Elle obtient par exemple de bons à très bons résultats selon divers indicateurs portant sur les conditions-cadres (comme la compétitivité numérique ou la charge fiscale des entreprises), sur les personnes âgées de 25 à 35 ans titulaires d’un diplôme de degré tertiaire, sur le nombre de publications et de brevets par million d’habitants ainsi que sur les produits innovants dans le secteur des services.

En revanche, la Suisse enregistre des résultats plus faibles au niveau des services en ligne des pouvoirs publics, des demandes de brevets en pourcentage du total des demandes dans les domaines des technologies de l’information et de la communication et des technologies environnementales ainsi qu’au niveau des nouveautés pour le marché dans le secteur industriel. 

Voici un aperçu plus détaillé de quelques autres résultats.

Les femmes dans la recherche
Il est intéressant de constater qu’en 2019, la part des femmes dans l’ensemble des chercheurs se montait à 36% en Suisse, ce qui repré-sente un taux élevé en comparaison internationale (graphique 1). Néanmoins, elle diminue continuellement à mesure que l’on monte dans la carrière académique. En 2020, le pourcentage des femmes parmi les diplômés bachelor et master s’élevait respectivement à 54% et 53%. Elles n’étaient cependant que 47% parmi les nouveaux titulaires d’un doctorat et seulement 26% parmi les personnes occupant un poste de professeur ou de cadre supérieur (grade A). Il s’agit ici du phénomène du «tuyau percé»: plus l’on monte dans la hiérarchie des postes académiques, plus le pourcentage des femmes diminue tandis que celui des hommes augmente (graphique 2). La part des femmes dans les postes de grade A a toutefois augmenté ces dernières années (2015: 22%; 2017: 24%).

Graphique 1: Part des femmes dans l’ensemble des chercheurs, 2019
Graphique 2: Femmes et hommes dans la carrière académique (HEU, HES, HEP) en Suisse, étudiants et chercheurs, 2020

Collaborations internationales
Pour un petit pays tel que la Suisse, l’intégration de ses acteurs R-I dans les réseaux internationaux revêt une importance cruciale. La Suisse occupe une bonne position sur les indicateurs correspondants (par exemple taux de succès des propositions de projet dans le cadre d’Horizon 2020, pourcentage de publications et de demandes de brevets dans la coopération internationale, part des étudiants étrangers). À l’avenir, il conviendra également d’accorder une attention particulière à l’ouverture internationale et à la mise en réseau aux niveaux bilatéral et multilatéral.

Comparaison avec des régions d’innovation européennes

La comparaison avec six régions innovantes de taille similaire à celle de la Suisse complète la comparaison entre pays. Les régions comparées sont : les deux lands allemands du Bade-Wurtemberg et de la Bavière, la région italienne de Lombardie-Piémont, les deux régions françaises de Rhône-Alpes et d’Île-de-France (grande région de Paris) ainsi que la région de Londres.

La comparaison avec six régions d’innovation confirme la bonne position générale de la Suisse. Cette dernière obtient toutefois de moins bons résultats de ce point de vue que dans la comparaison correspondante avec les États. La comparaison entre les régions d’innovation examinées relativise sensiblement le nombre élevé de publications scientifiques (période 2018-2020) et de brevets (période 2017-2020) par habitant en Suisse, bien que la Suisse se classe également en tête sous cet angle.

En ce qui concerne l’intensité de recherche et développement (dépenses de R-D en pourcentage du PIB), la Suisse se distingue nettement moins dans la comparaison avec les régions d’innovation que dans la comparaison entre États. Ainsi, le Bade-Wurtemberg présentait en 2019 une intensité de R-D presque deux fois supérieure à celle de la Suisse (graphique 3).

Graphique 3: Dépenses de R-D en pourcentage du PIB par secteur d’exécution, 2019

Conclusion et perspectives

Par rapport à la publication détaillée de 2020, le rapport intermédiaire 2022 n’indique presque aucun changement en ce qui concerne le positionnement international de la recherche et de l’innovation suisses. En effet, la Suisse reste toujours bien placée par rapport aux pays et régions fortement axés sur la recherche et l’innovation. 

Pour rester dans le peloton de tête de la concurrence internationale, la Suisse doit prendre soin des points forts de son système de R-I, tels que son système éducatif différencié caractérisé par des offres de formation professionnelle et universitaire, l’encouragement efficace de la R-I et la stabilité des conditions-cadres politiques. En outre, elle doit continuer à garder à l’esprit différents enjeux: il s’agit notamment de préserver et de promouvoir l’insertion des acteurs nationaux de la R-I dans les coopérations nationales et internationales. En effet, pour un petit pays tel que la Suisse, la mise en réseau et la coopération internationales revêtent une importance cruciale. Elles offrent aux acteurs suisses l’accès à des infrastructures et des réseaux internationaux de grande envergure et apportent des bénéfices scientifiques et technologiques à tous les pays qui y participent.

Rapport «Recherche et innovation en Suisse» 

Le rapport «Recherche et innovation en Suisse» (rapport R-I) rend compte des performances du système suisse de recherche et d’innovation et contribue à une meilleure compréhension du paysage suisse de R-I. Ses conclusions constituent l’une des bases servant à l’élaboration des messages quadriennaux du Conseil fédéral relatifs à l’encouragement de la formation, de la recherche et de l’innovation.

Paru pour la première fois en 2016, le rapport R-I a connu une deuxième édition en 2020. La version 2022 est un rapport intermédiaire, bien plus succinct que les publications détaillées de 2016 et de 2020. Sa parution ouvrira la voie à une réflexion sur le concept même et le contenu d’un futur rapport R-I, qui sera le cas échéant adapté.

Le rapport R-I est destiné aux acteurs de la politique et de l’administration en charge du pilotage du système FRI. Il s’adresse également aux institutions d’encouragement de la R-I, aux institutions de formation ainsi qu’à toutes les personnes, organisations et entreprises intéressées, qu’elles soient établies en Suisse ou à l’étranger. Le rapport peut être commandé sur le site du SEFRI.


Contact
Annette Kull, SEFRI Responsable de projet unité Pilotage du système FRI annette.kull@sbfi.admin.ch +41 58 462 21 49