Formation professionnelle Formation professionnelle supérieure Politique de la formation professionnelle

Où en est le projet Positionnement des écoles supérieures?

Dans le cadre du projet «Positionnement des écoles supérieures», le SEFRI a organisé deux journées de travail avec les acteurs concernés au cours du premier semestre 2022. Les résultats seront consignés dans un rapport de travail et soumis pour prise de position lors du Sommet national de la formation professionnelle qui aura lieu en novembre 2022.

08.08.2022
Auteur/e: Hannah Schrieverhoff
Une femme désigne quelque chose sur l'écran d'un ordinateur portable d'un homme
Les écoles supérieures permettent aux professionnels titulaires d’un certificat fédéral de capacité ou justifiant d’une qualification équivalente d’obtenir un diplôme du degré tertiaire reconnu sur le plan fédéral. Photo: Monique Wittwer

Les écoles supérieures (ES) font partie intégrante de la formation professionnelle supérieure et sont à ce titre très importantes pour le système éducatif suisse. Axées sur la pratique, elles préparent les professionnels à assumer des fonctions complexes, soit en tant que cadres, soit en tant que spécialistes, et leur donnent la possibilité d’obtenir sans maturité un titre du degré tertiaire. Deux motions parlementaires demandent un meilleur positionnement des ES. C’est dans ce contexte que le SEFRI a lancé au début de l’année 2021, sur mandat du conseiller fédéral Guy Parmelin, le projet «Positionnement des écoles supérieures». En 2021, il a examiné le positionnement des ES et les demandes des auteurs des motions sous un angle à la fois systémique et juridique et approfondi cet examen par des analyses complémentaires. Les résultats et les champs thématiques devant être discutés par les partenaires de la formation professionnelle ont été synthétisés dans un rapport intermédiaire.

Recherche commune de solutions grâce à un espace de discussion ouvert

Lors des trois journées de travail organisées en 2022, le rapport intermédiaire et les résultats des analyses portant sur le profil, le financement et la gouvernance des ES servent de base aux discussions avec les acteurs concernés sur les questions fondamentales en lien avec les champs thématiques définis et sur les mesures possibles. Les principes de base du système ES formulés au début du projet ainsi que les objectifs politiques communs de la Confédération et des cantons concernant l’espace suisse de formation constituent le modèle cible et le cadre de référence. Le fil rouge entre toutes les discussions, c’est notamment le lien direct entre les diplômes ES et le marché du travail. La conception et la préparation des contenus pour les journées de travail de même que l’analyse et le traitement des résultats reposent sur une concertation étroite avec la Conférence tripartite de la formation professionnelle (CTFP).

Premiers enseignements des journées de travail

Les acteurs ayant participé aux journées de travail qui ont déjà eu lieu sont unanimes à dire que les ES avec leur lien si spécifique avec le marché du travail et leur place au degré tertiaire en tant qu’offre de formation à part entière ne sont pas remises en question. Le constat selon lequel des solutions doivent être trouvées pour la formation professionnelle supérieure dans son ensemble a par ailleurs rencontré un large écho favorable auprès des partenaires de la formation professionnelle. En effet, les mesures ne peuvent pas être considérées de manière isolée et se rapporter exclusivement aux ES et ne doivent pas non plus pénaliser les examens fédéraux. Un potentiel d’amélioration existe avant tout au niveau de la visibilité et de la réputation des écoles supérieures et de leurs diplômes. La journée de travail d’août 2022 permettra de discuter des résultats des analyses sur les possibilités d’optimisation du financement et de la gouvernance des ES.

Prochaines étapes

Les résultats et les conclusions des journées de travail concernant les mesures à prendre seront consignés dans un rapport. Ce dernier sera analysé par les organes de la formation professionnelle, notamment la CTFP, et des hautes écoles au cours de l’été et de l’automne 2022. Il sera ensuite soumis pour prise de position lors du Sommet national de la formation professionnelle en novembre 2022. La suite des travaux pour 2023, qui sera aussi présentée dans le rapport, inclura les acteurs concernés. Une communication à l’intention des acteurs est prévue à l’issue du sommet.

1. Visibilité et réputation des ES et de leurs diplômes

Qu’en est-il de la visibilité et de la réputation des ES et de leurs diplômes?

Selon les acteurs ES, les écoles supérieures ne sont pas suffisamment connues et reconnues dans la société, notamment en comparaison avec les hautes écoles spécialisées. Cette perception est contredite par l’image extrêmement positive que renvoient le taux d’intégration des diplômés ES sur le marché du travail, les rendements de la formation et le degré de satisfaction des diplômés ES. Les discussions avec les acteurs visent à définir dans quelle mesure la visibilité et la réputation des ES et de leurs diplômes peuvent être augmentées.

Mesures discutées:

  • Protection de la dénomination «école supérieure»
  • Reconnaissance institutionnelle et/ou accréditation institutionnelle des ES par la Confédération ou les cantons
  • Remise d’un diplôme fédéral pour les filières ES avec les armoiries suisses (par analogie avec les examens fédéraux)
  • Introduction d’un titre bachelor («Professional Bachelor»)
  • Développement d’une marque globale «ES»
  • Mesures de sensibilisation et de communication

 

2. Profil des filières de formation ES et recoupements avec les autres offres de formation

Où se situent les ES dans le système éducatif ? Dans quelle mesure se recoupent-elles avec les autres offres de formation?

Les ES et les examens fédéraux constituent la formation professionnelle supérieure (FPS), laquelle est rattachée, aux côtés des hautes écoles, au degré tertiaire du système éducatif. Ce champ thématique met en parallèle les offres des ES avec les autres offres de la FPS et avec celles des hautes écoles. Il s’agit de déterminer si une clarification des profils des offres au sein de la FPS est nécessaire. Se pose également la question du positionnement des filières de formation ES par rapport aux filières d’études des hautes écoles et notamment des hautes écoles spécialisées (bachelor HES, offres de formation continue de niveau haute école CAS/DAS/MAS).

Mesures discutées:

  • Harmoniser les offres au sein de la formation professionnelle supérieure de manière optimale
  • Clarifier le rapport entre les filières de formation ES et le système des hautes écoles (bachelor HES, CAS/DAS/MAS)
  • Introduire les crédits ECTS dans les ES
  • Faciliter l’accès au système des hautes écoles par le biais de programmes de cycles brefs
  • Simplifier la prise en compte des diplômes ES lors du passage à une HES
  • Encourager une collaboration accrue avec les HES

 

3. Mobilité au niveau national et international

Comment favoriser la mobilité des diplômés ES à l’échelle internationale?

Les diplômes ES sont très bien acceptés sur le marché du travail suisse. Selon les acteurs ES, il y aurait néanmoins des problèmes de visibilité et de reconnaissance dans le contexte de l’accès aux marchés du travail et aux offres de formation à l’étranger.

Les discussions doivent permettre de cerner les obstacles en termes d’accès au marché du travail et aux offres de formation en Suisse et à l’étranger ainsi que les mesures susceptibles d’améliorer le positionnement international et les débouchés des diplômes ES.

 

4. Financement des filières ES et gouvernance (pilotage des diplômes ES)

Le financement, la gouvernance et la structure des prestataires offrent-ils des gages de pérennité et d’efficacité?

Dans le cadre du projet «Positionnement des écoles supérieures», les caractéristiques structurelles des ES (financement, gouvernance, structure des prestataires, demande) sont traitées du point de vue de leur efficacité et de leur pérennité. La journée de travail d’août 2022 sera consacrée au financement et à la gouvernance des ES. Ces deux problématiques ont été examinées dans une étude menée par le bureau de conseil BSS Volkswirtschaftliche Beratung. Les résultats de cette étude serviront de base à la journée de travail.

Mesures à discuter lors de la journée de travail d’août 2022:

  • Révision du financement cantonal des ES
  • Augmentation des contributions pour les taxes d’études
  • Harmonisation du financement au sein de la formation professionnelle supérieure
  • Développement de la gouvernance de la formation professionnelle

Contact
Hannah Schrieverhoff, SEFRI Responsable de projet unité Formation professionnelle supérieure hannah.schrieverhoff@sbfi.admin.ch +41 58 464 26 34