Bibliométrie Rapports et évaluations Open Science

L’Open Access est encouragé dans le monde entier

Dans une récente analyse bibliométrique, le SEFRI se penche sur le positionnement de la Suisse dans la domaine de publications Open Access (OA) en comparaison internationale. Conseillère scientifique au SEFRI et responsable des analyses bibliométriques, Isabelle Maye en présente les principaux résultats.

05.10.2023
Auteur/e: Simone Keller
Portrait d'une femme aux cheveux courts et aux lunettes
Isabelle Maye

Le SEFRI mène des analyses bibliométriques depuis de nombreuses années. En quoi consiste exactement la bibliométrie?

La bibliométrie est une analyse des publications scientifiques, non pas au niveau de leur contenu, mais au niveau statistique. Au SEFRI, nous nous intéressons à divers indicateurs, tels que la production scientifique (volume de publications), l’impact (indice de citations), les partenariats ou encore la répartition entre les publications qui sont en accès libre (OA) et celles qui ne le sont pas (non OA).

À quoi servent les analyses bibliométriques?

La bibliométrie permet de faire un benchmarking de la recherche scientifique. Tous les indicateurs cités précédemment nous renseignent sur l’état de la recherche scientifique en Suisse. À partir de la bibliométrie, il est possible de positionner la Suisse par rapport aux autres pays en matière de production de publications scientifiques, de visibilité (impact) auprès des chercheurs au niveau international ou encore de savoir avec qui les chercheurs de la Suisse collaborent.

Dernier rapport sur les publications Open Access en Suisse

Le SEFRI publie depuis plusieurs années des analyses bibliométriques sur les publications des chercheurs en Suisse. Publié en 2022, le rapport Les publications scientifiques en Suisse, 2008-2020  (PDF, 1 MB, 10.05.2022) contient les principaux indicateurs bibliométriques ainsi que deux analyses spécifiques: l’une portant sur les publications Open Access et l’autre sur les publications Quantum.

Cette année le SEFRI a publié pour la première fois un rapport spécial sur le thème de l’Open Access (Les publications Open Access, 2008-2020 (PDF, 8 MB, 05.09.2023) ).

Quelles sont les principales conclusions du dernier rapport sur les publications OA? 

Depuis plusieurs années, l’Open Access est encouragé en Suisse, mais aussi dans beaucoup d’autres pays. Le rapport du SEFRI suit l’évolution du nombre de publications OA depuis 2008 et montre que les chercheurs ont de plus en plus recours à ce mode de publication. Au niveau international, le taux de publications OA est passé de 34% en 2008 à 48% actuellement. Pour la Suisse, la tendance est encore plus marquée: 43% contre 60%. La Suisse se situe ainsi dans le peloton de tête.

Certains résultats sont-ils surprenants?

Oui, certains pays qui publient relativement peu, comme l’Indonésie, le Chili ou la Finlande, ont parfois opté massivement pour l’OA et figurent dans le haut du classement.

Parmi les autres résultats intéressants, il y a également la différence que l’on peut observer entre les différents domaines de recherche: dans les sciences de la vie et la médecine clinique, on publie fortement en OA, tandis dans que les sciences humaines ou sociales, les taux de publications OA restent assez bas.

Proportion de publications OA et non OA par domaine de recherche,
Proportion de publications OA et non OA par domaine de recherche, en Suisse, 2016-2020. Source: Clarivate Analytics (SCIE/SSCIE/A&HCI/ESCI), traitement SEFRI

Qu’est-ce que ces résultats nous disent du pôle suisse de recherche et d’innovation?

La Suisse est un petit pays, mais elle est très bien placée en comparaison internationale. Actuellement, elle se positionne parmi les pays présentant les plus forts taux de publications OA.

Qu’est-ce qui ressort particulièrement de la comparaison internationale?

Bien que l’OA soit encouragée au niveau mondial, tous les pays n’ont pas la même stratégie et n’atteignent pas (encore) de forts taux de publications OA.

Comment procédez-vous pour effectuer vos analyses bibliométriques?

La bibliométrie consiste à évaluer quantitativement les publications sur la base de différents critères et caractéristiques. Dans mon analyse, je m’appuie sur les données de Clarivate (index SCIE/SSCIE/A&HCI/ESCI). Ces collections de données contiennent les références bibliographiques d’articles publiés partout dans le monde dans les principales revues scientifiques. Une publication contient des informations telles que les adresses des institutions pour lesquelles travaillent les chercheurs. Ces informations permettent de répartir la production scientifique par pays, mais aussi de mettre en évidence les collaborations entre institutions. Les références données par les chercheurs permettent quant à elles de déterminer les taux de citations d’un article et son audience mondiale (appelée aussi impact). Enfin, l’indication OA/non OA permet de calculer les taux de publications OA.


Contact
Isabelle Maye, SEFRI Conseillère scientifique unité Recherche nationale isabelle.maye@sbfi.admin.ch +41 58 463 09 64